700 habitants à Agadir en 1913.

Occupé en 1913, Agadir ne comptait alors que 700 habitants répartis entre Founti et la Kasbah. La croissance fut lente car le site resta sous contrôle militaire jusqu’en 1930. Les opérations commerciales ne sont autorisées qu’à partir de 1927.

La ville ne prend son véritable essor qu’après la Seconde Guerre mondiale, lorsque le Sous est mis en valeur. Sa population essentiellement amazighophone, qui n’était encore que de 2 000 personnes en 1930, passe à 21 600 en 1947, 35 000 en 1953 et devait avoisiner 45 000 en 1960.

Il est vrai que la ville bénéficiait de nombreux avantages : le commerce et le port se développent parallèlement puisque Agadir est le seul débouché du Sous. Entre 1950 et 1955 le Sous multiplie par 12 ses exportations d’agrumes et de primeurs. Dans le même temps, commencent à être exploitées les richesses minières de la région (manganèse, cuivre et fer).

Agadir devient le deuxième port de pêche du Maroc, parvenant même, certaines années, à dépasser Safi, la production oscillant entre 35 000 et 70 000 tonnes de sardines. Le premier port, construit dès 1919, s’avéra insuffisant ; le grand port moderne fut achevé en 1953.

Favorisé par un climat exceptionnel et un site d’une grande beauté, le tourisme commençait à se développer. Tous ces éléments expliquent que la ville ait connu une véritable période de prospérité entre 1947 et 1954.

Retour à l'accueil